Quarante-septième The rain drops

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quarante-septième The rain drops

Message  Pierrot le fou le Mar 24 Mar 2009 - 19:48

Prenez à des livres de palissandre l’éclat nu d’une pièce en or
Qui ne vaut pas plus cher quand on la fond
Les mains vases font pousser les plumes à couleur
Mais vous aurez beau
(Le désespoir l’apaisement apprennent à être aimés)

Souffler sur les moteurs arborescents où les paillettes suintent à chaque jointure
L’oisillon reste
Frileux dans la main trouble du poète de mon chat.

Toute ronde
Et dans la salle d’un théâtre
Des bras, seulement des bras traversent la scène portant trois lits pour les changer de chambre, même une échelle est d’accord pourtant
Personne ne pense à s’arrêter

Dans une voiture extérieure
Je dors à l’épaule de soir
Ce n’est pas que je m’en fiche les roues également éclairent nos lambeaux
Défais les draps avec talent les pieds d’un berceau rompus
L’amour plutôt le soleil indétrônable de l’œil.

L’herbe simple à l’oreille
Fait la beauté heureuse
La facilité d’être à l’art sans ôter sa bouche.

Pierrot le fou



Nombre de messages : 13
Commentaires : toujours bienvenus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Feurnard le Jeu 26 Mar 2009 - 23:22

Voilà.

J'ai demandé comment se lisait un texte surréaliste.
On m'a dit : "Le texte doit produire des images et ces images doivent te choquer."
J'en apprendrai plus la semaine prochaine.

D'ici là, Pierrot, si tu me le permets, j'aimerais chercher des images dans ton texte.
À défaut de pouvoir rien faire d'autre.

Les mains vases font pousser les plumes à couleur
J'imagine des mains de potier entre lesquelles poussent des plumes multicolores.
Souffler sur les moteurs arborescents où les paillettes suintent à chaque jointure
J'imagine, mal, des moteurs d'où tomberaient des paillettes.
L’oisillon reste
Frileux dans la main trouble du poète de mon chat.
J'imagine un oisillon dans la main d'un poète. Qui appartient à un chat.
Toute ronde
Et dans la salle d’un théâtre
Des bras, seulement des bras traversent la scène portant trois lits pour les changer de chambre,
J'imagine une salle d'opéra remplie de bras qui font passer trois lits comme on porte les gens.
les roues également éclairent nos lambeaux
J'avoue n'imaginer que des phares de voiture.
Défais les draps avec talent les pieds d’un berceau rompus
J'imagine un berceau cassé aux draps défaits. Ou les pieds cassés d'un berceau défaisant des draps.
L’amour plutôt le soleil indétrônable de l’œil.
J'imagine une lueur dans l'oeil.
L’herbe simple à l’oreille
J'imagine de l'herbe sortant d'une oreille.
La facilité d’être à l’art sans ôter sa bouche.
J'imagine qu'on puisse ôter sa bouche du visage.

Voilà.
Je ne sais pas du tout à quoi cela aura pu servir. Je n'arrive même pas à commenter.
Au moins j'aurai essayé de comprendre.
avatar
Feurnard



Nombre de messages : 45
Commentaires : seulement dans le groupe d'écriture

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Adrien' le Ven 27 Mar 2009 - 0:40

Un renard pris à son propre piège, voilà qui me rappelle certaine fable. Mais je suis surpris de ton angle d'approche, Feurnard : toi qui cherches à brouiller les pistes, à empêcher une compréhension littérale, linéaire ou une interprétation unique de tes textes, tu es désorienté ?
Ton expérience me tente. Elle me semble irréalisable à partir d'un texte plutôt propre à susciter autant de façons de le lire que d'occurrences de sa lecture (J'espère être compréhensible. J'avais d'abord écrit : autant de lectures que de lectures.) mais je vais tout de même essayer, en espérant que cela ne t'ennuie pas, Pierrot le fou.
Les mains vases font pousser les plumes à couleur
Les deux sens de vase se confondent pour former des mains boueuses, argileuses, tenues en coupe. Le geste des mains est immédiatement suivi du surgissement de plumes chamarrées ; elles s'en saisissent et les plumes deviennent crayons. Mais j'oublie d'autres images plus fugaces : le contact d'un objet tiède saisi à pleines mains, un arrosoir penché au-dessus de tiges vertes (bambous ?) une allée de jardin sous la pluie, un bouquet de fleurs sorti d'un foulard et se déployant soudain, et d'autres, beaucoup d'autres sans doute, apparaissant trop peu pour les formuler.
avatar
Adrien'



Nombre de messages : 181
Commentaires : toujours bienvenus

http://lenrage.blog.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Pierrot le fou le Ven 27 Mar 2009 - 2:48

Feurnard,

Oh ben tu penses comme tu veux. Mais juste, je trouve dommage qu'en lisant (et en imaginant), tu ne fasses rien d'autre que voir.

Ne prendre qu'un sens quand on en a 5 (sisi, même dans l'imaginaire), c'est... enfin c'est comme ça.
Certainement mon truc est trop faible pour en stimuler d'autres, ça doit être ça.

T'aimes ou t'aimes pas, après tout je m'en fous, mais c'est pas la peine de perdre son temps à expliquer pourquoi on n'aime pas. Et je n'ai pas l'impression non plus que tu l'aies fait pour aider Je me suis juste ennuyé mais c'était un peu amusant.


Adrien',

Mici !

J'aime ce que tu ressens (Souvent j'aime ce que je n'ai jamais vu, touché etc... - clin d'oeil)

Pierrot le fou



Nombre de messages : 13
Commentaires : toujours bienvenus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Feurnard le Ven 27 Mar 2009 - 14:48

Ta réaction est surréaliste.

Le surréalisme est-il la multiplicité des interprétations ?
Y a-t-il un "moment de surréalité" dans ton texte ?

Quel intérêt y a-t-il à ce que "mains vases" ait cinq ou six, ou dix ou cent sens différents ?

Tu peux continuer à me tenir la tête dans la boue, ou tu peux m'expliquer.
avatar
Feurnard



Nombre de messages : 45
Commentaires : seulement dans le groupe d'écriture

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Pierrot le fou le Ven 27 Mar 2009 - 21:08

Mais j'en sais rien moi !

Et j'ai pas la main sur ta tête non plus.
(Je ne crois pas avoir dit à un seul moment "ceci est un texte surréaliste", et l'intérêt n'est pas dans le fait qu'il y ait autant de sens, c'est juste comme ça : je l'ai écrit et après chacun voit ce qu'il veut, c'est pas une question de vérité.)

P.S : Ne parle pas d'imaginaire (par rapport à ton premier commentaire) alors que tu cherches des choses plausibles. Sinon c'est juste de la construction à partir de ce que tu connais d'enchaînable.

Pierrot le fou



Nombre de messages : 13
Commentaires : toujours bienvenus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Feurnard le Sam 28 Mar 2009 - 1:15

Si l'intérêt n'est pas dans la multiplicité des interprétations, où est-il ?
Qu'as-tu voulu dire, qu'as-tu voulu faire ?
Y a-t-il un aspect de ton texte dont tu voudrais discuter ?

Faut-il que je m'excuse de m'intéresser à ce que tu fais ?
Veux-tu que je te mente ? Ou que je me taise.
avatar
Feurnard



Nombre de messages : 45
Commentaires : seulement dans le groupe d'écriture

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Pierrot le fou le Sam 28 Mar 2009 - 13:45

Feurnard a écrit:Si l'intérêt n'est pas dans la multiplicité des interprétations, où est-il ?

Je n'en sais rien, chacun le trouve où il veut.


Feurnard a écrit:Qu'as-tu voulu dire, qu'as-tu voulu faire ?

J'ai fait ce que j'ai fait.


Feurnard a écrit:Y a-t-il un aspect de ton texte dont tu voudrais discuter ?

Non. Il est écrit et voilà.


Feurnard a écrit:Faut-il que je m'excuse de m'intéresser à ce que tu fais ?

Non.


Feurnard a écrit:Veux-tu que je te mente ? Ou que je me taise.

Tu fais comme tu veux.


Tu dis t'intéresser, mais dès le début tu dis que c'est creux sans image, alors pourquoi insister ?
Il y a des choses bien plus belles à voir non ?

Pierrot le fou



Nombre de messages : 13
Commentaires : toujours bienvenus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Thib le Lun 30 Mar 2009 - 18:34

Ou comment tenter de rationnaliser l'inssaisissable

S'pèce de couvent salmonidé

Thib



Nombre de messages : 25
Commentaires : toujours bienvenus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Adrien' le Mer 1 Avr 2009 - 22:32

On ne m'a jamais traité de couvent salmonidé, j'suis jaloux.
avatar
Adrien'



Nombre de messages : 181
Commentaires : toujours bienvenus

http://lenrage.blog.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quarante-septième The rain drops

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum